APOLOGIE DE LA LACHETE




L’évangile selon JUDAS ISCARIOTE...



Tout le monde recherche le bonheur idéal, n’est-ce pas la preuve qu’il demeure introuvable ?

Notre société qui n’entend pas céder au pessimisme semble empiriquement s’acheminer vers un état mythique et extatique du bonheur, en cultivant une qualité essentielle pour l’atteindre : La LACHETE... Hé oui ! Ne permet-elle pas en fuyant, d’éviter tout conflit familial, social ou professionnel et d’être en accord total avec son environnement ?

La règle est simple : il suffit de donner raison systématiquement à vos interlocuteurs, d’éviter face à ceux-ci toute critique ou contestation tendancieuse, de laisser faire... en laissant entendre sans cesse que vous êtes guidés par l’amour et la tolérance. A ces seules conditions, vous deviendrez l’ami de tous !

Si, d’aventure, on vous reprochait votre manque d’engagement, de responsabilité et d’esprit critique, il vous suffirait de déclamer haut et fort, que vous êtes respectueux de la personnalité d’autrui et que vous ne ferez rien pour en contrarier l’expression.

Cultiver la lâcheté avec délectation et persévérance est la clef   "passe-partout " de la réussite totale. Il faut non seulement être lâche, mais être fier de l’être !

Notre très estimé LA FONTAINE, ne fait-il pas dire par les animaux de ses fables, ce qu’il pense des hommes ? Ne conclut-il pas, par exemple, dans une phrase célèbre du corbeau et le renard : " tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute... "

La lâcheté et ses divers attributs : la dissimulation, la tromperie et la flatterie prennent, chez notre fabuliste, une telle dimension esthétique que ses fables touchent à l’art et, qu’à ce titre, elles sont enseignées précocement aux enfants. Vivre aux dépens des autres, en parasite, par la flatterie... Quel merveilleux enseignement !

De nos jours, qui oserait réfuter la valeur pédagogique des fables de La Fontaine ?

L’apologie de la lâcheté doit par conséquent être unanime et reconnue comme une qualité sociale primordiale !

Sur le plan sentimental :

La personne que vous aimez ne souhaite-t-elle pas de vous que vous rendiez hommage à sa personnalité, que vous flattiez sa beauté, ses qualités morales et intellectuelles ? N’attend-elle pas également de vous que vous lui affirmiez que, pour vous, elle est la seule au monde et que vous n’existez que pour elle ?

C’est cela la séduction : vous deviendrez aussi indispensable qu’une brosse à reluire pour une paire de chaussures ! Mariés, redoublez de vigilance car vous n’êtes pas à l’abri d’une poussée d’honnêteté, d’une réaction incontrôlée de franchise. Une simple critique pourrait altérer votre bonheur...

Cultivez sans cesse votre ambition : haussez votre intellectualité à la hauteur ou culminent les poils d’une moquette... N’hésitez pas à rivaliser avec le quotient intellectuel d’une courgette ! Ces qualités spécifiques que vous développerez ainsi, sciemment choisies pour les avantages incontestables qu’elles vous apportent, vous mettront à l’abri d’éventuelles rivalités, dangereuses, qui compromettraient votre tranquillité.

La formule est simple ! N’est-elle pas à la portée de tous ?

Sur le plan professionnel :

Ouvrez les yeux : les postes clés dans l’entreprise ne sont-ils pas occupés par des adeptes experts de la diplomatie, de la flatterie, de la politesse poussée jusqu'à l’hypocrisie ? Ils ont compris que les qualités intellectuelles, professionnelles, et l’honnêteté n’ont que peu de poids dans la réussite, au regard d’une bonne soumission aux règles de la lâcheté : plus on s’abaisse vis-à-vis d’un supérieur, plus on monte dans la hiérarchie !

Aveuglé par la réussite, cet objectif cardinal est quelquefois perdu de vue par des personnes en place. Là, vous tenez votre chance ! N’hésitez pas à surenchérir par la flagornerie, en vous adressant au supérieur du poste convoité, critiquez votre rival, médisez sans cesse dans son dos, de manière anonyme. Ne faites jamais face à votre adversaire et si vous êtes découvert, niez, protestez, en affirmant apprécier tous vos collègues et que vous recherchez par-dessus tout la paix et l’amitié ! Vous passerez ainsi pour une victime qu’il convient d’aider et de protéger...

Ceux qui limitent leur lâcheté, limitent leurs ambitions. La faiblesse, la couardise, la poltronnerie, la fausseté, la bassesse, l’indignité et la vilenie vous protègent en vous dissimulant. Ils répondent à votre instinct de préservation et satisfont de surcroît efficacement votre ambition...

Sur le plan politique :


A ce niveau, la lâcheté est un culte ! Aux qualités précitées, il est indispensable de posséder en outre, à un haut degré, deux qualités primordiales : le mensonge et la dissimulation, et une qualité supplétive : l’opportunisme, ou autrement dit, une grande aptitude à la trahison.

En politique, les vestes sont réversibles en fonction des intérêts du moment et s’il fallait porter honnêtement les couleurs de la politique, c’est la veste multicolore de clown qui conviendrait !

Il y a quelque temps, les "guignols de l’info " paraissaient même plus pertinents et surtout plus authentiques que leurs homologues politiques qu’ils revalorisaient secondairement. Les qualificatifs manipulateurs : Dieu "suggestion de respect " Tonton "connotation familiale " sous l’aspect attendrissant d’une grenouille ont fait probablement plus pour l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, que son programme et l’ensemble du parti socialiste.

Réalisme oblige : qui oserait encore prétendre que pour réussir il faille des qualités autres que celles que nous venons d’énumérer ?

La thèse que nous défendons, n’est pas une interprétation, mais une simple description asymptotiquement objective des us et coutumes de notre société, qui s’abuse en travestissant ses défauts en qualités, pour éviter toute manifestation de culpabilité.

Le terme "tolérance " mérite une mention spéciale, il est paré socialement de toutes les vertus alors qu’il n’est trop souvent qu’une forme travestie de la lâcheté.

Les lâches de tout acabit défilent avec fierté sous l’étendard de la tolérance !

La diplomatie politique en fait un usage immodéré et nous en constatons tous les résultats dans les conflits musulmano-croato-serbes, israelo-arabes etc.

La France, haut lieu de la diplomatie, particulièrement contaminée par les effets de la "tolérance " règle ses problèmes sociaux sous la pression des manifestations. La loi se fait dans la rue et s’impose aux gouvernements de gauche comme de droite, qui fuient énergiquement leurs responsabilités. Les grèves se font même à titre préventif, au cas ou ?

La télévision focalise son intérêt sur les "déjections " de notre société. Tous les événements scandaleux y sont traités prioritairement. La TV n’a de cesse que de mettre en vedette le maximum de marginaux et d’asociaux, alternant avec des spectacles violents, pervers, et vulgaires...

Pour satisfaire aux impératifs du sacro-saint l’audimat il faut niveler par le bas, provoquer et choquer par tous les moyens : c’est un impératif absolu ! 

Crimes, scandales, pornographie, guerres, conflits sociaux, débats politiques, voire les débats culturels ou il est de bon ton d’être vulgaire, se succèdent avec une affligeante régularité. Les spectacles sportifs et notamment le comportement de certains footballeurs n’échappent pas à cette calamité qui s’affiche lors d’un match dans une vulgarité tant verbale que gestuelle.

Il y a saturation... plus rien ne choque : La France est devenue une vaste maison de tolérance !

L’exemple vient d’en haut. l’Etat démagogique fuit constamment ses responsabilités quand il s’agit d’appliquer réellement des réformes de fonds indispensables pour l’enseignement, la fiscalité, la sécurité sociale, la santé etc. par crainte des réactions sociales. Résultat, nous cumulons sans cesse des déficits...

Les impôts records, en constante augmentation, s’imposent comme le prix de "notre pénitence " face à des politiciens incohérents qui prônent publiquement la justice fiscale en surtaxant l’argent du travail plutôt que celui de la spéculation boursière. Les trusts financiers, les multinationales, tirent les ficelles des marionnettes gouvernementales, animées sur la scène publique pour manipuler la société. Ces puissances financières, férocement spéculatives, détiennent dans l’ombre réellement le pouvoir : celui d’inféoder à leurs intérêts exclusifs l’Europe et l’ordre mondial par l’intermédiaire de leurs serviteurs politiques.

A la lâcheté et à la servilité des politiques, répond la lâcheté des Français qui ne réagissent pratiquement plus et fuient dans l’alcool et les tranquillisants (2 fois, 1ers consommateurs, incontestés au monde). Il ne faut pas oublier l’augmentation exponentielle de la consommation de la drogue... suprême lâcheté d’une société en complète déliquescence.

Incapable de lutter contre la prolifération de la drogue, l’ Etat l’a tout simplement légalisée et institutionnalisée, en permettant aux médecins de se substituer aux dealers. Ils sont devenus à leur tour des pourvoyeurs de mort, par la prescription gratuite aux drogués de méthadone, du sobutex, (extraits d’opium) financée par la sécurité sociale. De nombreux morts par overdose sont cette fois à l’actif du corps médical et de l’ Etat son " parrain ! "

L' ETAT, entend garder le monopole de la diffusion des drogues, un monopole qui tue, mais qui rapporte!

Pour parachever ce bilan apocalyptique, la fuite dans les tranquillisants, l’alcool et la drogue ne suffisant pas, la France a le triste privilège d’avoir pris récemment une nouvelle 1ere place, avec le plus fort taux de suicides dans le monde ! ( 150 000 tentatives de suicides dont 12 000 morts, ou encore un suicide toutes les 40 minutes)

Les adeptes prosélytes de l’hyper-tolérance, du laxisme, de l’irresponsabilité et de la lâcheté, ont tout lieu d’être satisfaits, car la société est maintenant à leur image.

Revendiquer ses droits, et refuser ses devoirs et ses responsabilités, est une définition parfaite de l’immaturité. C’est une problématique irréductible, dont on ne peut sortir sans culpabilité qu’en magnifiant la lâcheté !

En conclusion : la lâcheté est devenue à l’heure actuelle la " qualité "  dominante de notre société par les multiples gratifications qu’elle procure!

Sera-t-elle prochainement plébiscitée et nominée pour prendre la 1ere place au palmarès de nos vertus ?

Elle est présentement si généralisée, qu’elle est devenue statistiquement normale !

Dans ces conditions, comment ne pas condamner toute déviance : l’honnêteté, l’intelligence, la loyauté, la franchise, l’oblativité, le courage, la volonté et la charité comme des qualités insurrectionnelles, qui troubleraient la paix sociale d’une société avachie, de cloportes irresponsables et souhaitant, par dessus tout le rester...

Diogène

La charte | Le Forum | Tribune | Nous écrire | Nous rejoindre | Retour à l'accueil |